On dirait le sud (oui je sais, c’était attendu)

Vendredi, après avoir roulé toute la matinée, je suis enfin arrivée à Charleston. Je me suis précipitée au Magnolia Garden,  le magnifique jardin des Drayton, une famille de propriétaires. Un petit tour de barque pour voir les hérons et crocodiles, une balade dans le jardin entre les vieux chênes et les petits ponts blancs et une promenade dans les marécages avec les araignées, les libellules et les papillons et je me sentais déjà dans un autre monde. En plein film.

L’époque coloniale est, peut-être, bien loin mais l’esprit du sud est toujours aussi présent.  C’est comme si le temps s’était arrêté. Les gens sont toujours habillés aussi élégamment – les femmes portent des blouses légères et des robes vaporeuses, les hommes portent des chemises et des khakis. Jeunes et moins jeunes prennent les temps d’apprécier la vie – les restos sont délicieux, les porches et les jardins particuliers accueillant et les gens semblent heureux. Bref, un petit havre d’Europe en plein milieu de l’état le plus conservateur des Etats-Unis.

De ce que j’ai vu de l’arrière-pays, la fracture entre les blancs pauvres (et énervés) et ceux de la ville est, elle aussi, toujours aussi vivace. Mais, une fois à vélo dans ces petites ruelles ombragées et ces jolies maisons pastelles, on oublie vite ce détail et on se sent en vacances.

Et oui, vous avez bien lu, j’ai fait du vélo. J’ai rencontré un groupe de français, 3 filles au pair et 1 mec, Amaury, en VIE, avec qui j’ai arpenté le vieux Charleston à vélo, visité une vieille demeure et surtout, avec qui j’ai découvert la cuisine du sud. Sandwich aux crevettes frites avec une salade de pommes de terre et tomates vertes frites le midi, crevettes créoles, pain au maïs et pecan pie le soir. J’aime le sud.

On s’est aussi immergés dans la vie du samedi soir à Charleston, enfin ce qu’il en reste, vu qu’à cette période d’année, la ville est un peu désertée par les locaux. Inutile de dire que les charlestoniens rivalisaient tous d’élégance. Une élégance un peu conservatrice et légèrement cliché, mais qui permet quand même à Charleston d’obtenir le titre très recherché de la ville la mieux habillée d’après le très sérieux Aline’s Ranking. On a bu un verre sur le rooftop d’un hôtel (sous la pluie) – très fancy, un autre dans un bar à bière, et enfin dans un pub irlandais très très irlandais – musique irlandaise et accent authentique non optionnels.

This slideshow requires JavaScript.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: