26 heures dans un train légendaire

Ça y est, j’ai fait le grand saut. J’ai vidé mon appart, fermé ma valise, entreposé mes meubles chez un ami, rendu ma clé et j’ai quitté Edmonton.

Ca fait un peu bizarre d’être repartie pour un mois de voyage. A peine quelques heures après mon départ, j’avais déjà repris mes habitudes et fut envahie par ce sentiment de ne jamais m’être arrêtée par Edmonton.
Ma première étape fut à la hauteur de mes attentes. Son seul défaut ? Avoir été trop courte.

À 8h du matin j’ai embarqué à bord du légendaire Transcanadien, ce train trihebdomadaire qui relie Toronto à Vancouver.
Comme d’habitude en Amérique du Nord, ce trajet en train fut magique. Un vrai arrêt dans le temps. Le train date de 1965, comme le personnel. Le Transcanadien a son propre rythme, le train s’arrête pour laisser passer les train de fret, le train s’arrête une heure à chaque destination, le train prend son temps en somme.

Il a bien raison car le paysage est à couper le souffle. De mon fauteuil tout confort (le Canada c’est le pays des grands espaces !) ou du dôme d’observation au dessus du train, j’ai eu le droit à des scènes d’exception.
Un grand lac entouré de petits chalets converti en chemin de ski de fond, des gens en peignoirs qui nous font de grands signes, des monts, des lacs et des plaines, un troupeau de cerfs ou de biches (qu’est ce que j’en sais moi) qui bloque la route en contre bas, un homme nu qui fait son jogging, des lacs à moitié gelés, le ciel canadien, un rêne qui broute près de la voie ferrée … Des moments uniques.

Et puis, évidemment, j’ai fait des rencontres. Un étudiant chinois, un étudiant canadien et un globe trotteur russe (futur stagiaire chez Condé Nast) qui en étaient à leur 5ème jour de train : une drôle d’équipe qui a bien occupé mon après-midi. Et puis est arrivée l’heure du diner, l’occasion de découvrir le wagon restaurant. Un moment digne du Darjeeling Limited. Ensuite, la soirée s’est prolongée sur le même rythme : discussion sur Glee, Ugly Betty, les différences culturelles, le Canada etc. Et sans m’en rendre compte, le temps a passé, je me suis réveillée, la neige avait disparue et mes 26 heures à bord du Transcanadien étaient déjà finies. Cette journée est passée aussi vite qu’un Paris-Lille mais en dix mille fois plus intense, contemplatif, instructif et reposant.

This slideshow requires JavaScript.

J’ai fait mes adieux à mon ami russe et j’ai embarqué dans le bus direction Seattle. Direction la chaleur: 9 degrés et de la pluie, serais-je m’habituer à ce nouveau climat ?

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: